Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

BackCheck en Action



 

  Vérifications de Casiers Judiciaires

 

96 condamnations EN SAVOIR PLUS

En 2004, une femme dans la mi-trentaine a posé sa candidature afin de travailler dans un centre d’appel. Sur son formulaire de consentement de BackCheck, elle a affirmé avoir été condamnée pour agression car elle avait battu son copain. Notre client nous a envoyé le formulaire de consentement et ne regrette pas du tout de l’avoir fait. Nous avons en fait découvert que cette candidate avait 95 autres condamnations incluant vol, contrefaçon, falsification de documents, fraude, vol à main armée, conduite en état d’ébriété et beaucoup plus! La leçon à apprendre est qu’il ne faut pas croire ce que nous disent les criminels.

Les vérifications de casiers judiciaires révèlent un passé inconnu EN SAVOIR PLUS

Lorsqu’un récent candidat dans le domaine des soins de santé a fourni une information inexacte à propos de son identité, BackCheck a fait la vérification croisée de ses formulaires de consentement avec une pièce d’identité avec photo du candidat ce qui a démontré qu’il a menti à propos de son nom et de sa date de naissance. La vérification de casier judiciaire a permis de découvrir plusieurs infractions dont deux incidents au niveau des agressions sexuelles. La vérification croisée méticuleuse des données lors des vérifications de casiers judiciaires de BackCheck permet d’attraper les candidats qui auraient pu se faire un chemin à travers le processus d’embauche.

 

 

 

Le péril du papier EN SAVOIR PLUS

Un particulier commanda une vérification de casier judiciaire sur lui-même en utilisant myBackCheck.com. La vérification lui a été remise avec un résultat DÉFAVORABLE. Le candidat imprima ensuite une copie papier de son résultat.


Le lendemain, ce dernier présenta à son employeur potentiel la version papier imprimée stipulant que la vérification de casier judiciaire était FAVORABLE. Pour vérifier le résultat de la vérification, l'employeur appela BackCheck. Cependant lorsque BackCheck vérifia l’authenticité du résultat, seulement un résultat DÉFAVORABLE était associé à cette personne. En outre, BackCheck n'a pu localiser un dossier avec le numéro de série du certificat fourni.


Une copie scannée du certificat a été envoyée à BackCheck par l'employeur et après inspection, nous avons constaté que le certificat avait été digitalement changé pour afficher les éléments d'une vérification FAVORABLE qu’un ami avait complétée 3 semaines auparavant. L'énoncé du résultat et le numéro du dossier avaient été modifiés.


Le recruteur n’embaucha pas cette personne pour ce poste sans une vérification FAVORABLE, et était furieux contre le candidat pour avoir fait traîner ce processus pendant trois semaines! Le recruteur indiqua qu'il souhaitait que le candidat soit inculpé de fraude pour fournir un document falsifié.


En outre, le candidat/imposteur a également appelé BackCheck à plusieurs reprises ce jour-là. Tout d'abord, prétendant être un recruteur appelant pour vérifier ses propres résultats. Deuxièmement, il a appelé et demandé que BackCheck ne divulgue aucune information à quiconque appelant au sujet de sa vérification. Nous lui avons informé que l'employeur avait déjà appelé et que nous avions simplement dit que nous n'avions pas ce numéro de série dans le dossier.


Réalisant qu'il ne sera pas en mesure d'utiliser frauduleusement nos vérifications de casiers judiciaires, ce dernier a déclaré à BackCheck qu’il allait plutôt se rendre à la GRC pour obtenir une copie papier. Devinez ce qu'il va faire avec cela?


C'est un bel exemple du péril du papier et pourquoi la livraison infalsifiable des vérifications de casiers judiciaires  de BackCheck est tellement significative pour les employeurs.


 

 

 

 

  Entrevues de Références

 

BackCheck a découvert la vérité grâce aux entrevues de références EN SAVOIR PLUS

BackCheck a reçu un numéro de contact d’un ancien superviseur d’un candidat d’une importante chaîne de restaurant. La référence que BackCheck a obtenue semblait suspecte et faussée. BackCheck a donc décidé de contacter directement le restaurant et a découvert qu’aucun superviseur ayant ce nom ne travaillait à cet endroit. Après avoir parlé avec le directeur du restaurant, BackCheck a découvert que le candidat a été renvoyé car il avait essayé de voler le portefeuille d’un client!

Fraude dans les soins de santé découvert EN SAVOIR PLUS

Les intervieweurs en ressources humaines de BackCheck sont des experts dans l’identification des nuances perçues dans les entrevues de références qu’ils exécutent et sont en mesure d’amasser les clarifications nécessaires face à ces hésitations. Lorsqu’une récente référence pour un candidat dans le domaine des soins de santé a hésité lorsqu’il a affirmé que le candidat a quitté l’entreprise pour « retourner aux études », BackCheck a demandé plus de détails. Cela a révélé que le candidat a en effet quitté pour retourner aux études mais a aussi demandé de se faire renvoyer pour des raisons qui étaient fausses, lui permettant d’être payé tout en allant à l’école. Les techniques investigatrices de BackCheck permettent fréquemment de découvrir des activités frauduleuses dans tous les secteurs d’emploi.

La référence a révélé que la sécurité est celle qui vole EN SAVOIR PLUS

BackCheck a contacté l’ancien emploi d’un candidat pour faire une entrevue de référence où il a travaillé en tant qu’agent de sécurité. Le gestionnaire en RH a donc référé BackCheck à un superviseur de l’entreprise de sécurité qui a été contractée par cette dernière car celui-ci était l’employeur actuel du candidat. Après avoir contacté le superviseur, BackCheck a découvert que le candidat a été renvoyé pour un vol important en plus de d’autres convictions au travail!

L’intuition de BackCheck a découvert une histoire de famille EN SAVOIR PLUS

BackCheck a reçu une référence positive d’un contact fourni par la candidate. La référence a affirmé connaître la candidate depuis plusieurs années et a fournie des détails plus que positifs à son sujet. BackCheck a donc ensuite contacter l’entreprise directement afin de confirmer l’emploi de la candidate. Le directeur en ressources humaines a vérifié le dossier de la candidate et a découvert que celle-ci n’a jamais travaillé pour l’entreprise. Après une vérification plus approfondie en contactant la candidate et la référence, BackCheck a découvert que la référence fournie était en fait la mère de la candidate et qu’elle avait fournie une fausse référence pour sa fille.

 

 

 

 

  Confirmations d’Emploi

 

Les confirmations d’emplois préviennent l’embauche d’employés malhonnêtes EN SAVOIR PLUS

BackCheck utilise des données internes détaillées incluant les contrats en ressources humaines de milliers d’organisations et d’entreprises à travers l’Amérique du Nord et l’Europe. Notre clause de confidentialité garantie que nos intervieweurs en ressources humaines vérifient l’information à partir de la source. Lorsqu’un récent candidat dans le domaine des soins de santé a imité un contact en ressources humaines dans le but de fournir une confirmation d’emploi, BackCheck a été en mesure d’attraper le candidat sur le fait et d’avertir le client que le candidat a un comportement malhonnête.

Un travailleur disparaît durant plusieurs mois EN SAVOIR PLUS

BackCheck a contacté l’emploi actuel du candidat afin confirmer son emploi en tant que technicien de réseau. Après avoir contacté le gestionnaire en RH, BackCheck a découvert qui le candidat n’était pas employé par la compagnie car il avait « en fait seulement disparu. » Apparemment, le candidat a disparu du travail pour plusieurs mois pour ensuite soudainement réapparaître en demandant s’il y avait du travail à faire. Le gestionnaire en RH a clairement affirmé que le candidat n’était vraiment pas admissible à la réembauche dans cette entreprise.

La raison de la démission est révélée EN SAVOIR PLUS

BackCheck a contacté l’ancien emploi du candidat afin de confirmer les dates d’emploi ainsi que les détails le concernant. En parlant au directeur régional des ventes de l’entreprise, BackCheck a tenté de vérifier si le candidat avait bel et bien démissionné de son ancien poste. Par contre, le directeur régional des ventes a mentionné que le candidat a eu le choix de démissionner ou celui-ci appelait la police. En fait, il nous a été informé que le candidat vendait des produits en dessous de la table et gardait l’argent durant une bonne partie de l’année.

 

 

 

 

  Confirmation de Scolarités

 

Un faux presque parfait capturés par BackCheck EN SAVOIR PLUS

BackCheck effectuait une vérification de scolarité pour un client sur un candidat qui affirmait avoir obtenu un baccalauréat en arts. Après avoir vérifié l'institution et envoyé le dossier, BackCheck reçut une réponse indiquant que le candidat n’avait non seulement pas obtenu son diplôme, mais n'avait complété que 15 crédits sur 90. Comme nous avions le diplôme dans le dossier, nous avons voulu vérifier cette information (peut-être qu'ils y avaient deux personnes avec le même nom dans ce même programme). BackCheck appela l'établissement et expliqua la situation. Après enquête, nous avons découvert que le diplôme était contrefait. Le diplôme falsifié était bien réussi mais l’établissement a remarqué la supercherie parce que certaines des signatures au bas étaient suspicieuses!


 

Reconnaît les moulins à diplômes  EN SAVOIR PLUS

Le candidat a affirmé avoir fréquenté l’Université Canterbury. La base de données de BackCheck a indiqué qu’il y avait deux écoles ayant ce nom. Une était une université véridique et l’autre un moulin à diplômes connu. BackCheck a contacté le client pour obtenir l’emplacement de l’école afin de confirmer à quelle école le candidat faisait référence. BackCheck a été en mesure de confirmer qu’il ne s’agissait pas d’une institution légitime. Nous avons donc ensuite procéder à la vérification de deux autres accréditations fournies par le candidat qui se sont aussi avérées être fausses.

Identifier les curriculum vitae falsifiés  EN SAVOIR PLUS

BackCheck a été informé par le service des diplômes du collège que le dossier de la candidate n'avait pas pu être localisé. Puisque BackCheck n'avait pas reçu le numéro d'étudiant de la candidate, nous l’avions contacté afin d’obtenir cette information au cas où l'école s’était trompée. Lors de la conversation téléphonique, la candidate avoua qu'elle n'avait jamais fréquenté l'école et qu’elle avait ajouté ce diplôme sur son curriculum vitae  « par erreur ».


Révéler la vérité  EN SAVOIR PLUS

Bobby semblait être une candidate idéale. Sa vérification de casier judiciaire et son enquête de crédit étaient toutes les deux favorables et ses références étaient remarquables. Néanmoins, la vérification de scolarité a révélé qu’au lieu d'avoir son diplôme d'études secondaires, Bobby avait seulement complété sa 9ème année.


 

 

 

 

  Vérification d’Accréditations

Un candidat en comptabilité n’a pas pris en compte les vérifications de BackCheck.  EN SAVOIR PLUS

BackCheck a été impliqué dans la vérification des accréditations d’un candidat qui appliquait pour un poste de comptable dans une firme importante. Le candidat a affirmé être un CGA et avoir obtenu un baccalauréat en science comptable dans une importante université canadienne. BackCheck a contacté l’université et a découvert qu’un baccalauréat en science comptable n’existait même pas à cette école et que le candidat n’a jamais fréquenté cette école. Étonné par le fait qu’un individu puisse être un CGA sans étude ou éducation formelle, BackCheck a contacté l’association des CGA de la province du candidat et a découvert que celui-ci n’avait pas non plus reçu le titre de CGA.

 

 

 

 

  Dossier du Conducteur

Il devait s’agir d’une urgence  EN SAVOIR PLUS

Un candidat a appliqué pour un poste de livreur pour un client de BackCheck. BackCheck a effectué une vérification de dossiers de conduite routière et a découvert que le candidat avait été accusé d’avoir excéder la vitesse permis. En fait, celui-ci a été arrêté après avoir conduit à une vitesse de 60 km/h au-dessus de la vitesse permise tout en dépassant un véhicule d’urgence. Il est donc évident que le client a déterminé que ce candidat n’était pas adéquat pour combler ce poste.